Jeudi 16 Août 2021 : Nous quittons Chalon / Saône, en direction du nord, vers Seurre. Nous avons décidé d’aller à Besançon en passant par Dole. Pour cela nous allons emprunter le canal du Rhône au Rhin qui débute juste aprés Saint Jean De Losne. Nous quittons Chalon avec tristesse : nous aimons cette ville. Le port se trouve dans un bras de la Saône à l’arrière de l’île Saint Laurent. Situé en contre bas il est l’écart de tous les bruits de la ville. Le centre ville est à proximité du port et vraiment très agréable avec ses rues piétonnes, ses belles façades à colombages, ses quais de Saône invitant à la flânerie, ses beaux marchés …

Chalon/Saône : la place Saint Vincent
L’église Saint Vincent
Centre ville : maison à colombages
Quais de Saône
Pont reliant l’île Saint Laurent au centre ville

Nous quittons donc Chalon en direction du nord. Nous faisons la route avec le bateau Maître Deslande. Depuis Marseillan nous nous suivons ou nous nous précédons. Cette fois ci nous naviguerons ensemble jusqu’à Saint Jean de Losne.

Sortie de Chalon/Saône : pont à haubans

Après une navigation de 5 heures, nous arrivons à Seurre. Le petit port est agréable et nous nous amarrons et nous visitons la petite ville.

Église de Seurre
Maison de maître à Seurre
Boréal à Seurre

Vendredi 17 Août 2021 : Départ de Seurre en direction de Saint Jean de Losne. La navigation vers Saint Jean de Losne est rapide. Après deux heures de navigation nous y sommes.

Lundi 20 Août 2021 : Cinq kilomètres après Saint Jean de Losne la première écluse du canal est là devant nous. Les portes s’ouvrent, nous rentrons dedans. Une fois la bassinée terminée un éclusier nous questionne sur notre destination et nous confie une télécommande que nous pointerons sur les écluses à ouvrir. 500m plus loin c’est l’occasion de s’en servir : elle fonctionne très bien. Pour se résumer : nous ouvrons l’écluse avec la télécommande et une fois amarrés à l’intérieur nous manœuvrons la bassinée à l’aide de tirettes se trouvant dans les bajoyers (parois de l’écluse). Et c’est parti ! Fini les grands espaces du Rhône et de la Saône : nous voici « confinés » sur un canal avec deux berges à droite et à gauche qui limitent la vue et aussi la navigation. Nous n’avions pas eu ça depuis le canal du midi en avril !

Au bout de quelques kilomètres nous approchons d’une immense usine chimique : c’est Solvay. Décidément cette année, la chimie après les centrales nucléaires du Rhône !

Solvay – Site de Tavaux : photo extraite du site de Solvay – à gauche le canal du Rhône au Rhin
Usine chimique vue du canal

Sur un panneau il est écrit : « En cas de sirène et de feux clignotants quittez les lieux au plus vite ». Pas de problèmes après avoir vu l’étendu du site on mettra les gaz à fond mais je ne suis pas sur qu’on sera saufs même avec ça !!

Après avoir passé l’écluse de Belvoye, nous retrouvons le paysage habituel : champs de maïs, prés, bovins,…

Le canal envahi par les roseaux

Au bout de 5 heures de navigation nous nous amarrons à Dole. Nous sommes en plein centre ville et à 200m les canaux qui alimentaient moulins, tanneries sont là. Très bucoliques et fleuris les passages piétons sont envahis de touristes qui viennent visiter la ville à la journée. Les cafés et restaurants sont bondés. Ici pas question de sortir sans son passe sanitaire. Le port est à l’écart de ces chemins touristiques et est vraiment calme. Les hauts bâtiments de la vieille ville et la basilique Notre Dame nous surplombe et restent impressionnants.

Boréal à Dole
La Basilique Notre Dame
Les canaux qui, autrefois alimentaient moulins et tanneries, ne sont plus que canaux d’agréments et fleuris.
Non loin de ce pont se trouve la maison de naissance de Louis Pasteur
Situé prés d’une falaise, semi enterré voici l’ancien lavoir. Je pense que l’hiver l’eau ne doit pas être très chaude …
Les toits de Dole

Lundi 23 Août 2021 : Après ce sympathique séjour, nous quittons Dole en direction de Besançon. Nous allons naviguer le plus souvent sur le Doubs. Lorsque celui ci n’est pas praticable (peu de profondeur ou présence de barrages) nous passerons une écluse et emprunterons le canal qui lui est adjacent. Les différents tronçons de canal sont alimentés par le Doubs et servent le plus souvent à passer des chaussées (barrages) réalisées dans l’ancien temps.

Grande ligne droite après l’écluse de Moulin Rouge
Premières falaises sur le Doubs les Aijottes
Premiers clochers Comtois
Entre l’écluse de moulin des Malades et Ranchot le canal est séparée du Doubs par un mur en pierre

Nous nous amarrons à Ranchot pour passer la nuit.

Mardi 24 Août 2021 : Très rapidement le paysage change. Le Doubs a creusé son lit entre des collines de calcaire et quelques falaises apparaissent.

Quelques falaises calacaire
La vallée du Doubs
Passage d’une écluse pour passer un barrage de pierres

Nous approchons de Besançon. La citadelle se détache et surplombe le Doubs.

La citadelle de Besançon surplombe le Doubs

Lorsque nous arrivons à Besançon le vent s’est levé et nous avons quelques problèmes pour rentrer dans la dernière écluse. Après plusieurs manœuvre nous passons l’écluse. A la sortie, une autre écluse mène au tunnel et à gauche Le Doubs fait un immense méandre et cette boucle encercle la vieille ville de Besançon. Les deux ports se trouvent de l’autre côté de la boucle. Nous décidons de faire le grand tour.

Dernière écluse en arrivant à Besançon : toujours un barrage à passer…

La navigation est agréable en plein centre ville et nous arrivons très vite au premier port. Celui ci est étroit et la rive gauche est en chantier. En face la capitainerie, une pompe avale et recrache de l’eau en permanence pour les besoins du chantier. La capitainerie nous propose de s’amarrer au deuxième port mais il y a une écluse à passer et surprise celle ci est manuelle. Nous finissons cette longue journée par une épreuve sportive : ici rien à voir avec les écluses manuelles de la Seille. La dénivelée est importante et les roues des portes et manivelles sont beaucoup longues. Des touristes espagnols nous aident à manœuvrer l’écluse : ils ne comprennent pas pourquoi elle n’est pas électrique comme les autres. Nous leur répondons, dans un mauvais espagnol, que nous non plus.

Nous amarrons Boréal à la halte des la cité des Arts. Bienvenue en ville : beaucoup de brouhaha et sur les chemins piétonnier qui nous surplombent beaucoup de passage et de cris, etc,…

Boréal à la Cité des Arts

Nous l’apprendrons plus tard : le café Le Pixel va fermer demain pour congés annuels et évidemment il faut arroser ça. Beaucoup d’affluence donc et pendant la nuit Boréal sert de cible au jets de bouteilles de Vodka vides de la part de la viande bien saoule. Quelle tristesse de voir notre jeunesse aussi alcoolisée !

Dure journée, dure nuit. Décidément notre séjour à Besançon commence mal …

Visite de la ville : nous commençons par la citadelle construite par Vauban. Puis en redescendant c’est la ville avec ses belles rues et façades en pierres monumentales. Tout le centre ville reste très commerçant et très vivant.

Besançon vu de la citadelle
La citadelle : la tour du roi
Entrée de la Citadelle
Statue de Vauban
Rue Rivotte : les remparts et l’octroi
Clocher de la cathédrale Saint Jean et son horloge astronomique
Le Doubs rive gauche vue du Pont Battant
Voici Jouffroy d’Abbans Ingénieur du XVIII éme siècle qui a expérimenté sur le Doubs le premier bateau à vapeur dés 1776
Place de la Révolution
Rue Moncey
Besançon : capitale française de l’horlogerie

Vendredi 27 Août 2021 : Nous repartons en passant sous le tunnel cette fois-ci. Au bout du tunnel une écluse actionnée par un éclusier. Quelques mots avec celui ci et nous voilà reparti dans la descente du Doubs (même trajet qu’à l’aller). Les écluses défilent et en descendant c’est beaucoup plus facile. Pour le temps du midi, nous nous amarrons au ponton de l’écluse de Thoraise où se trouve un éclusier, fort sympathique au demeurant. L’endroit se trouve juste après le souterrain de Thoraise de 185m de long. A chaque extrémité un rideau d’eau s’arrête pour nous laisser passer.

L’entrée du souterrain de Thoraise – en haut de l’entrée la statue d’une madonne
La sortie du souterrain de Thoraise

En descendant nous pouvons voir ou revoir certains endroits d’un angle différent et en particulier certaines constructions industrielles sur la rivière.

Le Doubs Les falaises de Boussières
Papeterie Zueber Rieder à boussières
Le moulin du pré à Saint Vit

Samedi 28 Août 2021 : Après avoir passé la nuit à Ranchot, nous continuons notre descente jusqu’à Dole. Le trajet se fait rapidement et nous nous amarrons à Dole à 13h. Petit à petit le port se remplit. en amarrant le bateau nous remarquons une immense scène de l’autre côté du canal. on apprend qu’un concert va avoir lieu ce soir ainsi qu’un feu d’artifice. très bien nous serons aux premières loges. Vers 17h30 la capitainerie envoi un émissaire pour nous annoncer qu’il faut quitter les lieux pour des raisons de sécurité car le feu d’artifice va être tiré du port … Il nous faut partir mais pour aller où ? Les bateaux quittent le port les uns après les autres et nous appareillons vers l’écluse en aval. En bas de l’écluse c’est le Doubs et rien pour s’amarrer là. Nous continuons par une deuxième écluse et nous amarrons sur un quai en pierres qui sert de ponton d’attente. Il est assez long pour deux bateaux et nous resterons là cette nuit.

Boréal à Fourcherans : faute de feux d’artifice nous nous contenterons des réverbères du pont de la Corniche

Dimanche 29 Août 2021 : c’est le retour à Saint de Losne . C’est une belle navigation avec une traversée de l’usine Slovay plus rapide qu’à l’aller. A l’écluse de Saint Symphorien, nous rendons notre télécommande en précisant qu’elle a vraiment bien fonctionné. Amarrage à Saint Jean de Losne. le lendemain nous irons au chantier Blanquart, pour réparer notre cabinet toilette qui nous fait faux bonds quelques fois.

Mardi 31 Août 2021 : Retour à Seurre.

Coucher de soleil à Seurre

C’est à Seurre que nous avons rendez vous avec le bateau Kava’Uvea et son équipage. C’est l’été dernier que nous avons sympathisé avec l’équipage de Kava’Uvéa et nous avons beaucoup de choses à nous raconter. Mais c’est aussi à Seurre que Boréal va passer l’hiver prochain, à sec, et dans un hangar. Nous avons rendez vous avec le propriétaire pour la visite des lieux.

A suivre …

7 thoughts on “Sur le canal du Rhône au Rhin

  1. Nous avons reconnu ce parcours avec plaisir. Les photos sont magnifiques et les commentaires nous rappellent de bons souvenirs. Bonne navigation à vous 2.
    Bises

  2. Ca avait l’air d’être une belle escapade. J’espère que votre retour au bercail se passe sans soucis d’intemperries …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.