Mardi 12 Juillet 2022 : En quittant Namur, nous savons qu’une longue journée de navigation nous attend. Nous allons emprunter la Sambre puis le canal du centre (belge) pour rejoindre Valenciennes. La Sambre belge est ou plutôt a été très industrialisée et c’était le pendant belge de notre lorraine : beaucoup de mines, d’aciéries, de fonderies … Pas trop de halte sur cette partie de la Sambre et nous devons aller jusqu’à Marchiennes pour trouver une halte fluviale.

Aprés le pont de Jambes, la confluence avec la Sambre
Sur la Sambre à Namur
1ére écluse et 1ére péniche sur la Sambre à la sortie de Namur

A la sortie de Namur, la Sambre canalisée est sinueuse et bucolique. de part et d’autres des champs et quelques villages en bord de rivière.

La Sambre traverse un paysage campagnard
Village de bord de Sambre

Puis au détour d’un méandre, les premières cheminées et raffineries sont là. Cela va être notre paysage pour le reste de la journée.

Premières raffineries au détour d’un méandre
Travaux sur cheminées
Dans l’écluse avec une péniche
Péniche en cours de chargement
La Sambre en approche de Charleroi : au fond un terril
Sur les quais de la ferraille
Sous une autoroute ou voie rapide

En sortant de l’écluse de Montignies sur Sambre, une vieille péniche navigue du mauvais côté de la Sambre et nous fonce droit dessus. Boréal lui envoie un joli coup de corne de brume, mais c’en est un encore plus retentissant qui lui répond. Nous nous serrons contre la berge bétonnée et une dame nous crie dessus en néerlandais à l’avant de la péniche. A l’arrière c’est monsieur qui crie mais en français cette fois : « … vous êtes du mauvais côté vous n’avez pas vu le panneau … ». « …Heu non désolé mais on ne l’a pas vu… ». Sur tout un secteur, à l’entrée de Charleroi le sens de navigation est inversé. Nous naviguons à gauche et nous cherchons un panneau. Nous le trouvons enfin, tout petit et à moitié pris dans la végétation. Vraiment si tu es pas du coin … je rappelle qu’en Belgique il n’y a pas de cartes détaillées comme nous avons en France ce qui rend la navigation encore plus compliquée.

Entrée en ville de Charleroi
Dans Charleroi

La traversée de Charleroi est démoralisante … Du béton, du béton, et encore du béton … aucun amarrage possible et surtout aucun escalier permettant d’accéder en haut des quais. Partout des travaux : des engins, des tas de morceaux de béton, du bruit … nous ne voyons la ville que par intermittence en nous demandant si il y a une ville car il n’y a aucune présence humaine sur les quais … Pour nous c’est : vite quitter cet endroit …

Dans Charleroi : vue sur bâtiments

Nous quittons la ville de Charleroi mais pas la zone ! Après avoir franchi l’écluse de Marcinelle, nous découvrons l’ancien site de production de Charleroi. Tout ce qui a fait la grandeur de la ville et sa richesse sont aujourd’hui à l’abandon ou en cours de démantèlement. Tout est noir et rouille : charbon et ferraille se mélange. Le bruit strident des engins en train de couper les tôles, la poussière qui se dégage des bâtiments en cours de démolition donne une vision dantesque de l’endroit : l’impression de traverser le Mordor le pays de Sauron (cf Le Seigneur des Anneaux – Tolkien) et cela pendant quelques kilomètres. La Sambre souffre de toutes ces déjections et l’eau devient épaisse noire et collante.

En sortant de l’écluse Marcinelle, nous quittons la ville de Charleroi, mais pas la zone industrielle
Engin au repos dans une carcasse d’usine
On ose imaginer quand tout cela fonctionnait en plein rendement
Ici il ne reste que 2 cheminées
Bâtiment en cours de démantèlement
Ancienne fonderie ou aciérie abandonnée
Voilà le décor dans lequel nous avançons
Un autre bâtiment d’où sortent des bruits aigus de découpe de tôles et de chute de gravats
D’immenses grues chargent et déchargent des péniches

Puis nous arrivons à Marchienne, les bruits s’estompent et un petit village apparaît sur les bords de la Sambre. Voilà 10 heures que nous naviguons et il est temps de s’arrêter pour un peu de repos.

Boréal à Marchienne : enfin un ponton pour s’amarrer
Le ponton est au droit de ce château et de son jardin

Mercredi 13 Juillet 2022 : Après une bonne nuit de sommeil, nous partons pour Seneffe où nous avons rendez-vous avec Sarah, Nathalie et Frédéric. Pour cela nous devons revenir sur nos pas sur environ 2 kms pour la bifurcation avec le canal Charleroi Bruxelles qui va nous amener jusqu’au canal du centre belge.

Retour vers la zone au petit matin
Sur le canal Charleroi Bruxelles

Une première écluse se présente de 7 m de profondeur. Elle se passe facilement à l’aide de bollards flottants. Une fois sorti de l’écluse le paysage change et le paysage industriel se transforme petit à petit en paysage agricole. Malgré tout d’énormes cheminées, des voies ferrées et des champs de poteaux électriques se présentent devant nous.

Cheminées d’une centrale en activité

C’est une belle navigation jusqu’au port de Seneffe où nous nous amarrons pour la nuit.

Le paysage agricole remplace le paysage industriel

Jeudi 14 Juillet 2022 : Aujourd’hui nous embarquons Sacha, Sarah et Nathalie. Ils habitent dans la région et connaissent tous les lieux que nous allons traverser mais en voiture, à pied, en vélo … mais pas en bateau. Départ pour l’ascenseur de Strépy-Thieu.

En approche de l’ascenseur de Strépy-Thieu

Le canal du centre belge a une tradition pour les ascenseurs à bateaux. Un tronçon possède 4 ascenseurs hydrauliques et ont été créés au XIXème siècle. Principe de l’ascenseur de Strépy-Thieu : une cuve avec de l’eau et des bateaux est suspendue à des câbles, comme une cage d’ascenseur. Le tout monte et descend à la verticale comme dans un ascenseur.

Inauguré en 2002, l’ascenseur à bateau de Strépy-Thieu possède deux bacs indépendants et il permet le franchissement d’une dénivellation de 73,15 mètres entre le bassin de l’Escaut et le bassin de la Meuse par l’intermédiaire du canal du centre et du canal de Bruxelles à Charleroi. Il remplace désormais 6 ouvrages : 4 ascenseurs hydrauliques et 2 écluses.

C’est cet ascenseur que nous allons emprunter avec Boréal.

Entrée dans l’ascenseur
A 73,15m au dessus point de vue sur la campagne environnante
Fermeture de la porte
La descente commence : en haut la porte du canal
73,15m plus bas !!
Une fois en bas ouverture de la porte
Amarrage sur le bief d’attente aval : nous étions tout à fait en haut de ce gros bâtiment.
La partie noire supérieure comporte la salle des machines : câblerie, moteurs et j’en passe !

A la sortie de l’ascenseur, nous devons accéder au port de Thieu ou nous allons passer la nuit. Mais l’écluse qui permet d’y accéder est en panne : Plus d’une heure d’attente …

Une fois installé nous allons à pied voir l’ascenseur hydraulique de Thieu. Monté sur un verin hydraulique il se compose de 2 bacs de même poids : pour faire monter un bac un rajoute un peu plus d’eau à l’autre bac.

Ascenseur hydraulique de Thieu toujours en fonctionnement
L’ascenseur hydraulique est toujours en fonctionnement
Pendant qu’un bac est en haut l’autre est en bas

Vendredi 15 Juillet 2022 : Après avoir laisser nos co-équipiers à Thieu où Frederic est venu les chercher, nous prenons la route de Mons. Sur la route encore quelques traces d’industrialisation surtout aux environs d’Obourg.

En attente devant l’écluse de Nimy
Ecluse de Nimy

Vendredi 16 Juillet 2022 : Départ de Mons pour Péronnes Lez Anthoing. La navigation est agréable mais plutôt monotone. De grandes lignes droites se succèdent aux autres lignes droites. Nous croisons quelques péniches. A l’écluse de Maublay, nous partageons la bassinée avec des péniches françaises. Nous avons une petite discussion avec les mariniers qui continuent sur Gand.

A l’approche de Péronnes lez Antoing Belgique
Ecluse de Maublay prés du port de Peronnes discussion avec des mariniers français

Samedi 17 Juillet 2022 : A la sortie de l’écluse de Péronnes, nous bifurquons à gauche sur l’Escaut. Le fleuve relie Valenciennes à Gand en Belgique et voit un trafic important de péniches. Pour nous c’est calme et même très calme : peut être est ce du aux vacances de Juillet ou à la canicule qui est annoncé sur tous les médias …

Sur l’Escaut : de retour en France
Écluse de Valenciennes

Nous nous amarrons au port de Valenciennes pour quelques jours où nous allons attendre que la canicule passe.

A suivre …

5 thoughts on “En Belgique de Namur à Valenciennes

  1. Waouh… Impressionnant l’ascenseur de Strepy
    Nous nous croisés à qq. Jours près… Début juillet nous sommes venus à Bruxelles pour le mariage de ma fille aînée, et après nous sommes allés chez des amis à Jambes….

  2. Hello quand nous étions passés à l’écluse de Marcinelle, une partie de l’aciérie fonctionnait encore. Nous étions pressés d’en sordtir de cette écluse couverte de poussière, dans un bruit infernal. Vulcain devait être dans les parrages… Avant hier, à Sigean, projection de « la dernière tentation des belges ». Une grande partie du film a été tournée sur les canaux : du Roal Yacht Club de Brussels aux Ardennes. Plen les mirettes que nous en avions !
    Bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.