Mercredi 19 Août 2020 : C’est avec un petit pincement au cœur qu’il nous faut quitter Moissac. Une charmante petite ville où il doit faire bon y vivre …

Notre dernière soirée à Moissac

En sortant de Moissac il faut attendre l’ouverture d’un pont tournant qui n’est en fait qu’une passerelle pour piéton. Elle se trouve sur un passage du canal qui est bordé de murs en briques.

Le pont tournant de Moissac. A droite la petite guérite de l’éclusier en charge de la passerelle
En sortant de Moissac

Dés la sortie de ville, on retrouve le canal bordé de platanes, ce qui avec la canicule est vraiment agréable. De temps en temps on aperçoit de belles demeures. Le canal suit les courbes du Tarn et la navigation est plus intéressante.

Une belle demeure avec parc donnant sur le canal

Pour le temps du midi nous nous amarrons à Pommevic, où l’on trouve un ponton en bon état avec de l’eau et de l’électricité et en plus gratuit. On aurait pu passer la nuit là !

Le clocher tour de Pommevic
Le canal à Pommevic

Un peu plus loin, nous nous amarrons à la « sauvage » à Lamagistère pour la nuit. Le bateau est au soleil et nous sommes obligés de descendre à terre avec pliants et bouquins pour nous mettre à l’ombre.

Nous sommes à la hauteur de la centrale nucléaire de Golfech qui s’est implantée là en raison de la confluence entre la Garonne et le Tarn. D’énormes barrages forment des retenues d’eau pour la centrale. Mais rive droite, où nous sommes, un parc avec retenue d’eau a été aménagé : c’est le rendez vous des pécheurs, joggers, promeneurs, gens du village qui prennent le frais, qui font sauter leurs chiens dans le canal après un bout de bois …

Jeudi 20 Août 2020 : Départ pour Agen qui sera notre prochaine étape.

Croisement avec la péniche l’Astrolabe

Après des lignes droites monotones nous arrivons à l’entrée d’Agen. Un bief de 12 kms nous fait rentrer dans Agen. Nous traversons d’abord des zones industrielles avec comme à Toulouse, aucun accès sur le canal, puis nous rentrons en ville. Le port est là en plein soleil. C’est la société de location Locaboat qui gère le port, coincé au bord d’une voie rapide. Nous sommes entourés de bateaux en « plastique » et les techniciens les manipulent sans ménagement. Les personnes qui louent ne savent pas conduire ces bateaux qui font parfois 15m de long et c’est des percussions non stop autour de nous. Nous craignons pour Boréal … Nous ne resterons pas ici longtemps.

Le port d’Agen : vue sur la colline

Samedi 22 Août 2020 : Départ d’Agen. Dés la sortie du port, nous nous présentons devant le pont d’Agen sur la Garonne. Un ouvrage magnifique de 580 m de long. Il a été construit par Jean Baptiste de Baudre.

Pont Canal d’Agen avec vue sur la Garonne à babord
Pont canal d’Agen avec vue sur la Garonne à tribord

La navigation se poursuit par le passage de 4 écluses « en chaine ». A la sortie de la dernière écluse c’est un autre monde qui se présente à nous.

La végétation est dense, très dense. Parfois on se croirait en Amazonie. Plus nous nous avançons plus c’est dense : heureusement personne ne vient en face car nous aurions des problèmes pour se croiser. Ici le canal longe la Garonne sur sa rive gauche. Pour le temps du midi nous nous arrêtons à Serignac sur Garonne. Nous sommes à l’ombre et l’endroit est très calme. Nous décidons de rester là l’après midi et d’y passer la nuit. En fin d’après midi nous allons au village pour y faire quelques courses. C’est une bastide. avec quelques maisons typiques et un clocher tors ce qui est particulier dans la région.

Maisons à colombage et brique
Le clocher tors de Sérignac sur Garonne
Mais non Catherine ce n’est pas le clocher tors ! Ça c’est une vieille caravane des années 1950

Dimanche 23 Août 2020 : Départ pour Buzet sur Baïse. Nous continuons notre route. la végétation est toujours aussi luxuriante. Parfois une trouée permet de voir un autre paysage.

De temps en temps une éclaircie entre les frondaisons d’arbres
Pont canal sur la Baïse

Après le pont canal sur la Baïse c’est l’arrivée à Buzet sur Baïse. L’endroit est vraiment très bucolique. Le port très agréable et à proximité des commerces alimentaires. Il est également à proximité de l’écluse qui permet d’accéder sur la Baïse avec une navigation qui passe par les villes de Nérac, Condom, et Valence sur Baïse. Pour nous impossible d’y aller : l’éclusière est formelle avec un tirant d’eau de 0,95 m on ne passe pas. Il faut 80 cm au grand maximum.

Buzet sur Baïse : l’écluse pour descendre sur la BaÏse

A Buzet nous rencontrons Anne et Jean Marie qui remonte vers Moissac. Jean Marie a un J9 Peugeot sur place. Nous voilà à bord de la fourgonnette et direction la cave coopérative qui se trouve à 800m. Nous faisons là le plein de vin. Bouteilles et cubi remplissent l’arrière du véhicule. Jean Marie doit faire une fête à Moissac et nous avons presque épuisé notre vin des Corbières. On produit du bon vin à Buzet depuis le moyen âge. Depuis quelques années un effort a été fait pour la protection de la nature. Entre les rangs de vignes les couverts végétales composées de fleurs, féveroles et céréales empêchent la terre de se lessiver sous l’effet de la pluie. L’absence de traitement chimique permet aux vignerons d’installer des ruches et de rares espèces animales et végétales ont été ré introduites. A quand la même chose dans nos Corbières et Minervois ??

Jeudi 27 Août 2020 : Nous quittons Buzet avec tristesse car nous avons beaucoup aimé cet endroit. Dés la sortie de Buzet, la végétation des bords du canal reprend ses droits. Des platanes immenses, souvent couverts de lierre, forment un tunnel où il est difficile de voir correctement.

Après Buzet

A Damazan nous croisons une faucardeuse en train de couper les algues.

Taille et coupe des algues

A Le Mas d’Agenais on peut voir la Garonne qui longe le canal à cet endroit là.

La Garonne que nous allons bientôt rejoindre

Après quelques heures de navigation, nous nous arrêtons à Caumont sur Garonne. Nous sommes à l’ombre. Il fait toujours aussi chaud et nous prenons toutes les haltes ombragées.

Boréal à Caumont sur Garonne

Vendredi 28 Août 2020 : Départ en direction de Meilhan sur Garonne. La navigation reprend et toujours la même végétation luxuriante. On peut voir des bananiers partout sur les bords du canal : parfois on a l’impression d’être en Martinique !

Des bananiers encore et toujours !!
Des bananiers avec leurs fruits : des bananes !!

A Meilhan sur Garonne il n’y a plus de place aux pontons. C’est complet ! Qu’à cela ne tienne on trouvera bien ailleurs. Et c’est en cherchant un endroit pour pique niquer que nous arrivons à Hure. « Rien de bien avance encore un peu … Regarde à tribord on dirait que c’est aménagé » : en effet posé au sol sur la berge une espèce de pelouse en plastique. « Allez ça ira bien pour le temps du repas … » Nous plantons 3 piquets et nous voilà amarrés ! Préparation du pique nique du midi.  » Pardon mssieur dame ! » la voix nous a fait sursauté ! « Voilà j’habite juste en dessous et vous avez un très joli bateau ! Vraiment un joli bateau ! J’ai aussi un bateau que j’amarre ici, mais vous savez pas de souci vous pouvez rester la nuit si vous voulez. » Nous racontons l’histoire de Boréal à M. X (on ne sait toujours pas son nom). « Formidable, avez vous besoin de quelque chose ? » « Ben justement on pensait aller à l’épicerie du village faire 3 courses » « Mais pas de souci écoutez je vous prête ma voiture et je vous conseille d’aller à Meilhan sur Garonne il y là un excellent boucher ! » « Écoutez on va se débrouiller »  » Mais non j’insiste ! »

Et nous voilà au volant d’une voiture qu’on ne connaît pas !! Au volant Jean Michel conduit à 2 à l’heure ! Voilà plus d’un mois qu’il n’a pas touché un volant et puis ce n’est pas sa voiture alors prudence ! Nous trouvons facilement le boucher : il a une viande à tomber par terre !

Nous ramenons le véhicule à son propriétaire qui nous raconte un peu son domaine, ses ânes, sa chasse aux taupes, et puis nous lui faisons visiter le bateau.

Nous n’en revenons pas : voilà une belle rencontre !

Le domaine de M. X
Boréal à Hure

Samedi 29 Août 2020 : Encore sous le charme de M. X nous partons et après 1 km c’est la 1ère écluse. Elle est en panne : les jours se suivent et ne se ressemblent pas ! Nous appelons l’écluser qui arrive alors qu’il 12h15. Nous passons l’écluse à 12h30 et là le bief est plein d’algues. Nous encourageons Boréal en navigant où ils emble qu’il y ait un passage et en lui donnat de sérieux coups de marche arrière pour détricoter d’éventuelles algues autour de l’hélice. A prés 1 heure de combat contre les algues nous arrivons au port de Castets en Dorthe. Castets c’est le dernier port sur le canal avant la Garonne. Encore 2 écluses, qui sont très proches et ce sera le passage sur Garonne.

Boréal à Castets en Dorthe

Dimanche 30 Août 2020 : Rendez vous a été pris : nous passerons la dernière écluse demain lundi 31 Août 2020. Nous allons à pied découvrir la dernière et voir de quoi il s’agit : une écluse comme une autre, profonde plus de 6m et au delà c’est la Garonne …

A Gauche la Garonne à droite le Canal
Ecluse sur Garonne

Demain nous basculerons sur la Garonne

A suivre …

2 thoughts on “Voyage de Homps à Bordeaux – De Moissac à Castets

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.